Maladies hémorroïdaires : quand recourir à la chirurgie ?

Il existe différents traitements des hémorroïdes. Lorsqu’une boule se forme au niveau de l’anus, il faut consulter un médecin pour atténuer les douleurs et les brûlures. Mais le plus important est de faire disparaître cette boule et éviter les récidives.

Les différents traitements médicaux

Il existe d’abord les traitements locaux comme les crèmes et les suppositoires qui soulagent les hémorroïdes. Ensuite, il y a les injections sclérosantes qui provoquent la sclérose des vaisseaux hémorroïdaires. Le traitement par infrarouge est aussi possible lorsque les hémorroïdes deviennent trop encombrantes et douloureuses. Un appareil diffuse de la chaleur pour brûler le tissu au dessus des hémorroïdes. Cette technique est surtout efficace pour les hémorroïdes qui saignent. Elle réduit la taille des hémorroïdes et diminue donc la vascularisation. Plusieurs séances sont nécessaires pour venir à bout de vos hémorroïdes. Enfin, il y a la ligature élastique pour dévitaliser les tissus par strangulation. Ceci permet de détruire définitivement les tissus hémorroïdaires par différentes techniques comme la congélation.

Quand faut-il recourir à la chirurgie ?

Lorsque aucun de ces traitements ne marche, la seule solution qui reste est la chirurgie. Mais, cette intervention n’est souvent nécessaire que dans 10% des cas seulement. L’ablation des hémorroïdes peut se faire en deux techniques. La première appelée Milligan-Morgan consiste à retirer les hémorroïdes. Cette technique, également nommée hémorroïdectomie, est classique et radicale. Elle est très douloureuse puisque l’opération consiste à retirer les paquets hémorroïdaires. La bonne nouvelle, c’est qu’après cette lourde opération, il n’y a pas de risque de réapparition des hémorroïdes. La seconde appelée anopexie rectale ou technique de Longo consiste à remonter à la partie intérieure des hémorroïdes. Cette deuxième technique est plus récente et elle limite considérablement les douleurs post-opératoires. Appelée également ligature des artères hémorroïdaires sous contrôle Doppler, cette technique est effectuée sous anesthésie générale. Quoi qu’il en soit, l’ablation des hémorroïdes est conseillée en cas extrême seulement, c’est-à-dire lorsque les autres traitements n’ont pas fonctionné. Elle a en effet des conséquences et des complications ultérieures comme l’incontinence. Enfin, pour ce qui est du remboursement de la chirurgie, ne vous inquiétez pas, ce genre de procédure est pris en charge par la sécurité sociale.